Espira de l'Agly


Espira de l’Agly se situe à 10 Km de Perpignan et 14 Km de la mer, à 5 Km de l’aéroport et de la sortie autoroute Perpignan Nord.

Sur les rives de l’Agly, le village s’étire au soleil du Roussillon sur les contre forts des Corbières dont il est séparé par un ruban vert de forêts de pins.

 

Cette situation stratégique alliée aux attraits naturels de ce village à la campagne, offre à ses habitants une réelle qualité de vie.

Si depuis le nouveau recensement, la commune a accueilli environ 400 nouveaux résidents, elle continue d’adopter une politique de l’habitat raisonnée pour une harmonisation du confort des habitants et un réel respect de l’environnement.


Un peu d'histoire...

La trace des premiers hommes sur les rives de l'Agly remonte à un millier d'années. A ce moment là, nos ancêtres s'étaient installés de part et d'autre de la rivière dominée par le mont Espira qui culmine a 455 mètres.

Mais c'est seulement en 845 que l'on retrouve la première mention du lieu qui deviendra Espira de l'Agly dans une charte de Jacques 1°, roi d'Aragon, concédant des privilèges justiciers et des droits d'herbage dans les pasquiers royaux, en faveur des prieurs d'Espira.

Réputée au début du 20° siècle pour ses productions primeurs tels que raisins de table Jaoumet, abricots et cultures potagères, c'est la production viticole qui assure aujourd'hui l'essentiel de l'agriculture locale.


L’église Sainte-Marie d'Espira de l'Agly

L'église Sainte-Marie, vaste église romane ayant des allures de forteresse, fut, au Moyen-Âge, le siège d'un prieuré important. Aujourd'hui elle est l'église paroissiale d'Espira. L'édifice est un long vaisseau de forme rectangulaire possédant deux petites absides semi-circulaires du côté est, à l'opposé du maître-autel, lequel dût être inversé vers le XVIIe siècle. L'église est flanquée, du côté nord-ouest, d'un clocher roman carré doté d'arcatures lombardes. Le portail d'entrée, situé du côté sud, est doté de plusieurs chapiteaux et d'un archivolte sculptés. Le cloître roman a été démonté et vendu aux États-Unis : quelques éléments sont conservés au musée de Toledo (États-Unis). Du côté sud-ouest de l'édifice, près du clocher, on peut encore voir les traces de l'église primitive d'origine carolingienne. L’église Sainte-Marie d'Espira suit le même plan, et a souvent été comparé avec l'église Saint-André de Montbolo (Vallespir).

 


Liens utiles